Le terme “Huichol” est le nom couramment utilisé pour désigner les Wixáritari,  une communauté d’environ 15000 autochtones vivant dans des endroits retirés de la chaîne montagneuse de la “Sierra Madre Occidentale”,

à l’intérieur d’un territoire situé dans la région Wixarika, États de Nayarit et Jalisco, Mexique.

L’origine de l‘Art Huichol repose sur une  tradition ancestrale : la transcription physique d’images visualisées par les chamanes grâce à l’ingestion du Peyote (peyotl), un cactus sacré qui leur permet de franchir les portes de la perception humaine courante.

 

Ces merveilleuses œuvres d’art, hautes en couleur, peuvent être élaborées à l’aide de “chaquiras”, petites perles en plastique colorées, ou d'”estambre”,  fils de laine.

Chacune de ces créations uniques présente des motifs chargés de symboles qui reflètent l’histoire, les légendes et la cosmogonie de la société Huichol.

 

Les symboles les plus utilisés sont les suivants: “híkuri” (esprit du Peyote) “Iku” (maïs), “kwix” (aigle) ; “nierika” (objet de pouvoir), “maxa” (le cerf), “muwieri” (poder del chamane) ; “Reu’Unaxi” (Ville de Real de Catorce) ; “Tepu” (tambour), “tatewari” (petit feu de bois); “Tsik ri” (Oeil de Dieu), “Waka” (milpa ou champ de maïs), entre autres.

En achetant l’une de ces œuvres, non seulement vous acquérez une véritable oeuvre d’art chargée de magie et de mysticisme, mais vous contribuez aussi au soutien économique de communautés, leur permettant de continuer à perpétuer ses traditions.

Dans la Ville de Puerto Vallarta, vous pourrez observer ces artisans durant leur travail et rencontrerez aussi de nombreuses boutiques et galeries d’art où vous procurer depuis un petit lézard tenant dans la main, une imposante tête de jaguar jusqu’à une toile de 2m / 3m.

En savoir plus sur le groupe ethnique des Huichols – Wixáritari (Site en espagnol)

Découvrir le Glossaire des Symboles Huichols (Site en espagnol)

“Huichol, un peuple qui chemine à la recherche de l’aube” est une exposition exceptionnelle composée de tableaux de fils de laine sur bois réalisés par le chamane *José Benítez Sánchez, de quelques objets rituels et de pièces d’artisanat ainsi que de photographies.

*José Benítez Sánchez (1938-2009), le plus célèbre des peintres indiens Huichols, a consacré sa vie à la sagesse initiatique et à la création artistique.

Conçue par les éditions Artes de México Commissaire : Gabriela Olmos , cette exposition aura lieu du 18 mai au 5 juillet 2011 au Centre Culturel Mexicain (Instituto Cultural de México), situé à Paris.

Qui sont les Huichols?

Les Huichols représentent une communauté d’environ 15000 autochtones vivant dans des endroits retirés de la chaîne montagneuse de la “Sierra Madre Occidentale”, à l’intérieur d’un territoire situé dans la région Wixarika, États de Nayarit et Jalisco.

Les Huichols ont réussi, comme aucun autre peuple indien du Mexique, à conserver jusqu’ici des croyances ancestrales qui régissent leur vie communautaire et leurs rites.

Les Huichols et le Peyotl :

L’origine de l’art Huichol repose sur une  tradition ancestrale : la transcription physique d’images visualisées par les chamanes grâce à l’ingestion du Peyote (aussi dénominé peyotl son nom scientifique est Lophophora williamsii, un cactus sacré qui leur permet de franchir les portes de la perception humaine courante.

Ces merveilleuses œuvres d’art, hautes en couleur, peuvent être élaborées à l’aide de “chaquiras”, petites perles en plastique, ou de fil de laine, on les appelle dans ce cas “estambres”. Chacune de ces créations uniques, car en marge de l’artisanat conventionnel et au delà du monde de l’art contemporain, présente des motifs chargés de symboles qui reflètent l’histoire, les légendes et la cosmogonie de la société Huichol d’une manière à la fois naïve et sophistiquée.

Évènements organisés autour de l’exposition:

Mardi 17 mai 2011 de 18h à 20h

Vernissage (sur invitation)
En présence de la commissaire et de S. Exc. M. Carlos de Icaza, Ambassadeur du Mexique.

Jeudi 19 mai 2011 à 19 heures

Conférence (en espagnol avec traduction consécutive en français) de Gabriela Olmos, commissaire de l’exposition, et de Johannes Neurath, professeur au Musée National de Mexico, spécialiste de l’art huichol.

Lundi 30 mai 2011 à 19 heures

Projection de Hikure-tame-Peregrinación del peyote entre los huicholes, de Nicolás Echevarría.
“La peregrinación del peyote entre los Huicholes” est un documentaire très intéressant sur l’ingestion de la fameuse plante utilisée par les huichols pour communiquer avec leurs dieux ou s’initier au chamanisme.
Documentaire en espagnol non sous-titré, en présence du réalisateur (en espagnol avec traduction consécutive en français.)

Mardi 7 juin 2011 à 19 heures

Projection de “Flores en el Desierto” de José Álvarez sur la vie quotidienne et la cosmogonie huichole Documentaire en espagnol sous-titré français en présence du réalisateur (en espagnol avec traduction consécutive en français).

Adresse, dates et horaires:

Instituto Cultural de México – Centre Culturel du Mexique:
119, rue Vieille du Temple 75003 Paris
Métro : Filles du Calvaire

Entrée gratuite du 18 mai au 5 juillet 2011.
Du lundi au vendredi 9h30-13h et 14h30-18h
Fermé le week-end et les jours fériés.

Liens Utiles:

Lire l’article: Art Huichol, résultat d’une vision chamanique

En savoir plus sur le groupe ethnique des Huichols – Wixáritari (Site en espagnol de la Commission Nationale pour le Développement des Peuples Indigènes.)

Découvrir le Glossaire des Symboles Huichols (Site en espagnol)

Centre Culturel du Mexique

San Cristobal de Las Casas est une petite ville coloniale située au sud du Mexique dans la région des “Altos de Chiapas” (hauts-plateaux de l’Etat de Chiapas).

Elle se distingue par son importante population autochtone représentée par les Chamulas, un peuple fortement attaché à ses traditions et où les femmes, reléguées au second plan par la société patriarcale, son en fait les piliers de son activité économique.

 

Le Mexique est célèbre pour ses artisanats haut en couleurs et à San Cristobal de Las Casas, les visiteurs n’auront que l’embarras du choix. Faites un tour au “Mercado de Artesanías Santo Domingo” (Marché Artisanal); un espace ouvert constitué par des dizaines de stands tenus par les Chamulas en personne que l’on observe entrain de tisser, tricoter et coudre.

Textiles élaborés à la main:

Vous pourrez y acheter de magnifiques textiles élaborés à la main selon les techniques ancestrales des femmes Chamulas et dont les couleurs sont issues de pigments naturels d’origine végétale ou animale, des couvertures, des tapis, des hamacs, des ponchos, des gants, des bonnets, des chemises et des robes brodées appelées “huipiles”, des sacs à dos, des paniers en osier, une foule d’articles en cuir, des bijoux et même des poupées à l’effigie du Commandant Marcos.

Le rapport qualité prix y est excellent si l’on tient compte des heures de travail passées par ces artisanes que vous verrez travailler dans les rues de San Cristobal à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.