À partir du jeudi 7 Mars 2013, la salle d’exposition permanente du Musée du Louvre consacrée à la peinture espagnole  sera enrichie par dix peintures et une sculpture d’Art Sacré, chefs-d’œuvre d’artistes mexicains des XVIIe et XVIIIe siècles.

Le Mexique au Louvre, chefs-d’œuvre de la Nouvelle Espagne XVIIe et XVIIIe siècles

Organisée par le Musée du Louvre et le Fomento Cultural Banamex, l’exposition temporaire “Le Mexique au Louvre, chefs-d’œuvre de la Nouvelle Espagne XVIIe et XVIIIe siècles” sera présentée du jeudi 7 Mars au lundi 3 Juin 2013 dans la salle 26 située au 1er étage de l’Aile “Denon” du Musée du Louvre.

Certaines des œuvres qui seront exposées :

“L’allaitement de Saint-Domingue”, œuvre monumentale de Cristóbal de Villalpando ;

“L’apparition de la Vierge et l’Enfant à San Francisco” de José Juárez ;

“Christ réconforté par les anges”, de Juan Morlete Ruíz ;

“La Fuite en Égypte”, de Juan Rodriguez Juarez,” ;

et la sculpture de Saint Philippe de Jesus, prêt de la Cathédrale Métropolitaine de la ville de Mexico, seront placées à côté de tableaux de Bartolomé Esteban Murillo, Diego Rodriguez de Silva y Velasquez, Francisco de Zurbarán, Francisco Gutierrez, Balthazar Gomes Figueira, Sebastiano Llanos y Valdés, Juan de Espinosa, entre autres.

Objectifs de l’exposition :

L’exposition “Le Mexique au Louvre, chefs-d’oeuvre de la Nouvelle Espagne XVIIe et XVIIIe siècles” a pour but de sensibiliser le public français à l’art d’Amérique Latine de cette époque.

Exposées au milieu de peintures espagnoles, ces œuvres permettront au visiteur de découvrir deux siècles d’évolution artistique du Nouveau Monde et d’apprécier ses rapports à la fois proches et indépendants avec l’art ibérique.

Les peintures qui seront exposées proviennent en grande majorité de l’église de Santo Domingo et du Musée National d’Art du Mexique, MUNAL, tous deux situés à Mexico, et ont été exposées il y a deux ans de cela au Musée du Prado et au Palais Royal de Madrid dans le cadre d’une exposition plus grande contenant plus d’une centaine d’oeuvres.

Commissaires de l’exposition: Guillaume Kientz, Musée du Louvre, et Jonathan Brown, New York, Institut des Beaux-Arts.

Conférence :

“Le Mexique au Louvre, chefs-d’œuvre de la Nouvelle Espagne – XVIIe et XVIIIe siècles”
Donnée par: Guillaume Kientz, Commissaire scientifique, conservateur au Département des Peintures du Musée du Louvre.

Lundi 15 Avril 2013 à 12h30 dans l’auditorium du Louvre situé au-dessous de la pyramide.
Tarif E : 6 euros, 5 euros (réduit), 4 ou 3 euros (solidarité et jeunes).

Horaires et tarifs de l’exposition :

Du jeudi 7 mars au lundi 7 juin 2013.  Musée du Louvre, Aile Denon, 1er étage, Salles Espagnoles.

Horaires : Tous les jours de 9h à 18h, sauf le mardi.
Nocturnes, mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.
Tarifs : Accès avec le billet d’entrée au musée : 11 Euros.

 

L’annulation de l’année du Mexique en France : quand la contestation d’un jugement se transforme en confiscation de toute une année culturelle…

Une seule personne est, malgré elle,  à l’origine de l’annulation du label « Année du Mexique en France » : Florence Cassez. Malgré elle car elle a toujours souhaité que l’Année du Mexique en France soit maintenue.

Le parcours de Florence Cassez

Française, originaire du nord de la France où elle dirigeait un grand magasin local, sa décision de partir au Mexique en 2003 puis de s’installer avec un petit ami mexicain, Israël Vallarta Cisneros, qui a avoué dix enlèvements et un meurtre et est soupçonné d’être à la tête d’un groupe criminel, l’aura plongée dans l’enfer des procès et des lourdes condamnations.

Compréhensible

Bien sûr, on peut comprendre la position de la justice mexicaine. Lorsque Florence Cassez a été arrêtée en compagnie de son petit ami, elle portait sur elle une arme à feu et dans le ranch où vivait le couple furent retrouvés trois otages qui l’ont tous, à des degrés différents, plus ou moins reconnue. Un autre témoignage émanant d’un des membres de la bande organisée, arrêté ultérieurement, a de plus affirmé qu’elle dirigeait le groupe criminel avec son petit ami et s’occupait de percevoir les rançons. D’autres éléments étaient-ils nécessaires à la justice mexicaine pour justifier la peine finale de 60 années d’emprisonnement ferme ?

Bien sûr, on peut comprendre également la position de Florence Cassez. Elle n’a pas cessé de clamer son innocence. Elle affirme qu’elle ignorait tout des activités de son petit ami et qu’elle était convaincue qu’il était vendeur de voitures. Elle accuse la justice mexicaine de graves irrégularités à son encontre, s’affirmant victime des objectifs politiques de lutte contre la criminalité du gouvernement du Mexique. Si tel est le cas, sa lutte acharnée pour être libérée est on ne plus justifiée et on ne peut que souhaiter l’aider dans ses démarches.

Incompréhensible

On comprend pourtant beaucoup moins bien comment la contestation d’un jugement d’une affaire finalement et hélas, très peu originale, jugement émanant d’un pays souverain ami de la France qui plus est, a pu conduire a une si grave crise diplomatique entre les deux pays et surtout à l’annulation de toute une année culturelle.

Comment en est-on arrivé là ?

L’ensemble du gouvernement français dont  le président lui-même a exercé une pression incroyable sur le gouvernement mexicain et a laissé entendre que l’affaire Cassez démontrait que la justice mexicaine était incompétente, voire corrompue.

Evidemment,  le Mexique pouvait difficilement accepter ouvertement le transfert de Florence Cassez en France pour y purger sa peine, sous l’énorme pression du gouvernement français, dans la mesure où la peine infligée de 60 ans de prison à la jeune femme Française est incompressible au Mexique alors qu’en France, la prévenue aurait, selon la loi française, bénéficié de remises de peine. Sans parler du fait que la France considérant la jeune femme innocente, La France pouvait être suspectée par le Mexique de vouloir l’innocenter et la libérer et ainsi nier la justice mexicaine.

Evidemment, le président mexicain Felipe Calderon pouvait encore moins accepter la volonté de Nicolas Sarkozy de dédier l’Année du Mexique à Florence Cassez. Cela serait revenu, pour le Mexique, à financer lui-même la dégradation de son image et le dénigrement de son système judiciaire. Aucun pays ne peut accepter cela.

Résultat : Florence Cassez reste emprisonnée au Mexique et la France et le Mexique traversent une crise diplomatique grave bien que, bien sûr, les négociations continuent en sous-main, négociations qui, on l’espère, aboutiront à un compromis en faveur de l’accusée.

Une année culturelle entière confisquée, victime d’une affaire de plus en plus sombre

Mais comment comprendre qu’une année du Mexique en France toute entière, avec tout le travail de préparation que cela représente, dédiée à un pays à l’histoire passionnante, soit confisquée à tous les Français qui souhaitaient découvrir la riche culture du Mexique. Alors que ces thématiques culturelles qui mettent un pays à l’honneur chaque  année est une occasion pour des millions de gens de prendre part à un voyage culturel près de chez eux quand ils n’ont pas la possibilité de partir dans le pays et à d’autres millions de s’ouvrir à un autre pays qu’ils découvriront lors de leur prochain voyage. Sans parler des Mexicains qui se laissaient découvrir à la France et à qui la crise diplomatique a purement et simplement claqué la porte au nez… le tout au nom d’un litige judiciaire assez sombre qui oppose les deux pays.

Car rappelons-le, l’année du Mexique en France prévoyait que le Mexique verse quelques 22 millions d’euros pour l’occasion. Son annulation a annulé directement ou indirectement plusieurs évènements culturels faute de financement. La préparation d’une année culturelle entière avait représenté quelquefois plusieurs années de travail. Son annulation a donc purement et simplement réduit à néant le long travail de très nombreux organisateurs. Sans parler du public qui se voit confisquer de très belles expositions. La culture est la victime de l’imbroglio diplomatique. La population entière s’est vue privée d’un évènement culturel majeur et la population mexicaine voit son image ternie par une opération médiatique peu flatteuse.

Après le sauvetage, des explications peut-être ?

Heureusement, les artistes et organisateurs français et mexicains, grâce à leurs efforts et à leur détermination, sont parvenus à contourner pour beaucoup l’annulation de l’année du Mexique en France en maintenant nombre de manifestations culturelles. Et la population ne se laisse plus intimider par des gesticulations diplomatiques qui ne résolvent rien et cherchent à la priver des plaisirs que l’ouverture au monde procure. Car, en ces temps troublés, on ne peut s’empêcher de penser que la culture est un des plus puissants instruments œuvrant en faveur de la compréhension et de la paix entre les peuples. La culture est le reflet de la vie.

Mais, quelques questions restent en suspens : le gouvernement français, par la voix de son président même, se passionne t-il toujours autant pour tous les accusés français résidants à l’étranger ?… Sachant que les litiges judiciaires ne manquent pas dans de nombreux pays qui, contrairement au Mexique, sont ouvertement non démocratiques !

Peut-être un jour connaîtrons-nous la vraie nature de cette sombre affaire…

Nicolas Grouzinoff.

Le nouveau siège du Musée Soumaya a ouvert ses portes au public le lundi 28 mars 2011:

Carlos Slim, dont le classement Forbes évalue la fortune à quelques 74 milliards de dollars, est aussi un grand amateur d’art. Il a ainsi consacré une part significative de sa fortune à la construction d’un musée situé à l’ouest de Mexico regroupant plus de 60 000 œuvres d’art. On y trouve exposées des œuvres de Salvador Dali, Rodin (au 6è étage du Musée Soumaya se trouve la seconde exposition la plus importante de sculptures de A. Rodin), Van Gogh, Rubens… mais aussi de nombreuses œuvres mexicaines préhispaniques. Le musée est aussi lui-même un centre d’intérêt architectural.

Proposant une entrée gratuite à ses visiteurs, le Musée Soumaya porte le nom de l’épouse défunte du magnat des affaires. Lors de l’inauguration, en présence du président mexicain Felipe Calderon, Carlos Slim a affirmé que son musée était dédié aux Mexicains, et tout particulièrement à ceux qui n’avaient pas la chance de découvrir ces œuvres d’artistes du monde entier lors de voyages à l’étranger.

Les touristes étrangers qui choisissent de visiter Mexico quelques jours après un séjour de farniente et de fiesta à Playa del Carmen ou à Acapulco apprécieront sans aucun doute tout autant ce musée de grande qualité.

Horaires du Musée Carlos Soumaya – Plaza Carso :

Ouvert de 10h30 à 18h30,

Jeudi et Vendredi : de 10h30 à 20h30 hrs.

Fermé le Mardi.

Adresse du Museo Soumaya – Plaza Carso

Rue: Miguel de Cervantes Saavedra y Presa Falcón, Lago Zurich No 245, Col. Ampliación Granada. (Polanco) México D.F. (Ville de Mexico).

Nicolas Grouzinoff.

Présentes dans 40 villes mexicaines disséminées sur tout le territoire, les Alliances françaises au Mexique œuvrent pour la promotion de la langue et de la culture française au Mexique et pour une meilleure compréhension des deux cultures.

Très dynamiques, elles proposent des cours de français adaptés à tous les publics, animés par des professeurs expérimentés, et ce dans de bonnes conditions d’enseignement et d’apprentissage, grâce à  leurs médiathèques, bibliothèques, et leur nouveau module de e-learning. Basés sur le cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) et la méthode communicative, les cours des Alliances françaises suivent l’évolution de l’apprentissage des langues et permettent aux apprenants de connaître précisément leur progression et de préparer, s’ils le souhaitent, des examens officiels.

Le réseau est aussi un centre culturel qui organise de nombreux évènements tout au long de l’année : projections de films, pièces de théâtre, spectacles de danse, expositions, conférences, concours de gastronomie etc. Souhaitant être un véritable pont entre les cultures mexicaine et française, les Alliances françaises au Mexique nous proposent de nombreuses façons de mieux nous découvrir et nous comprendre.

Pour trouver une Alliance Française au Mexique, chercher une formule de cours de français et son tarif, ou bien découvrir leur programme culturel, n’hésitez pas à consulter leur site .

Nicolas GROUZINOFF.

Liste par ville des Alliances Françaises et de leurs Centres Affiliés au Mexique:

Alianza Francesa de Aguascalientes, A.C.
Alianza Franco Mexicana del Puerto de Veracruz, A.C.
Alianza Francesa Ciudad de Chihuahua, A.C.
Alianza Francesa Ciudad Juárez, A.C.
Alianza Francesa Ciudad Victoria, A.C.
Alianza Francesa Cuernavaca, A.C.
Alianza Francesa Culiacán A.C.
Alianza Franco Mexicana de Durango, A.C.

Alianza Francesa Guadalajara
Instituto Franco Mexicano, A.C.
Anexo Ciudad del Sol (Zapopan)

Alianza Franco Mexicana de Guanajuato, A.C.
Alianza Francesa Los Mochis A.C.
Alianza Franco Yucateca de Mérida, A.C.

Alianza Francesa de México D.F.

  • Del Valle
  • Interlomas
  • Lomas Verdes
  • Polanco
  • San Ángel

Alianza Francesa en Monterrey, A.C.
Monterrey Anexo Cumbres,
Monterrey Anexo Pabellón TEC
Monterrey Anexo Centro del Valle

Alianza Francesa de Morelia, S.C.
Alianza Franco Mexicana de Oaxaca, A.C.
Alianza Francesa de Puebla, A.C.
Alianza Franco Mexicana de Querétaro, A.C.

Alianza Franco Mexicana de Saltillo, A.C.

  • Saltillo Anexo

Alianza Francesa Chiapas, A.C.,

  • San Cristóbal de las Casas,
  • Tapachula,
  • Tuxtla Gutiérrez,

Alianza Franco Mexicana de San Luis Potosí, A.C.,
Alianza Francesa del Puerto de Tampico, A.C.,
Alianza Francesa de Tapachula,

Alianza Francesa de Toluca,

  • Anexo Metepec

Centro Franco Mexicano de Idiomas, A.C.
Alianza Francesa de Tabasco, A.C.,
Alianza Franco – Mexicana de Xalapa,
Instituto Alianza Francesa en Zacatecas, A.C.

Centres Affiliés:

Acapulco (Guerrero)
Cuautla (Morelos)
Irapuato (Guanajuato)
La Paz (Baja California Sur)
León (Guanajuato)
Mexicali (Baja California)
Pachuca (Hidalgo)

Texcoco (Estado de México)

  • Texcoco Anexo Coacalco

Tijuana (Baja California)
Tlaxcala (Tlaxcala)
Tuxtla Gutiérrez – Centro Cultural Francés, S.C. (Chiapas).

“2011, Année du Mexique : ce pays que vous pensiez connaître”.

Après la Saison de la Turquie en France (Juil. 2009 – Mars 2010) et l’Année croisée Russie-France 2010, c’est au tour du Mexique d’être le centre d’intérêt du public Français.

Préparez-vous à une cascade de couleurs, saveurs, émotions et chaleur humaine car les mexicains sont réputés pour leur amabilité et leur nature joviale.

Plus de 260 évènements culturels, artistiques, littéraires, académiques, touristiques et sportifs, destinés à promouvoir l’art et la culture mexicaine.

L’Année du Mexique en France est une “Saison Culturelle”

Les “Saisons Culturelles” résultent d’engagements diplomatiques bilatéraux pris au plus haut niveau et s’inscrivent dans le cadre de la politique française en faveur de la diversité culturelle.

L’organisation de ce rendez-vous culturel sans précédents est assurée par l’Institut Français (Culturesfrance) sous la tutelle du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes et du Ministère de la Culture et de la Communication et repose sur des partenariats forts établis avec de nombreux opérateurs et institutions, de même qu’avec les collectivités territoriales et les entreprises.

C’est la première fois qu’un pays hispanophone est l’invité spécial

du gouvernement français durant toute une année

*Des centaines de manifestations sur tout le territoire français

À Paris, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Lyon, Rennes, Arles, Le Mans, Metz, Brest, Nantes et Lille, entre autres.

Un avant-goût de ce qui vous attend…

(*Cette liste d’évènements n’est pas exhaustive)

- Dégustations Gastronomiques,
- Expositions Artisanales,
- Expos Touristiques,
- Défilés d’Alebrijes géants dans les rues de plusieurs villes françaises.
- Spectacle/Rituel des “Voladores de Papantla”,
- Les Trajineras de Xochimilco, barques colorées faisant partie du folklore de la Ville de Mexico, navigueront sur la Seine,
- Nuit électronique au Grand Palais,

- Festival de Ciné à Rennes “Travelling Mexico & Junior” ; l’Association Clair Obscur propose un voyage à travers le cinéma mexicain d’hier et d’aujourd’hui ainsi qu’une compétition de courts métrages mexicains. Du 22 février au 1er Mars 2011.

Participation exceptionnelle du Mexique

- Festival de la Photographie à Arles “Les Rencontres d’Arles Photographie” du 4 Juillet au 18 Septembre,
- Salon Aéronautique du Bourget, du 20 au 26 juin 2011.
- Festival de Cannes 2011,
- Salon de l’Éducation et Salon du Livre de Jeunesse de Montreuil,
- “Le Quai du Polar”, Festival littéraire International à Lyon du 25 au 27 mars 2011,
- “Les Rencontres Littéraires de Fontevraud”, hommage à Juan Rulfo Samedi 28 et Dimanche 29 mai 2011.

Quelques Expositions

- “Les Masques de Jade Maya”, masque de jade de K’inich Janaab’ Pakal et trousseaux funéraires de Pakal et d’autres dirigeants Mayas. Pinacothèque de Paris du 1er Mars au 7 août 2011. Lire l’article en Espagnol.

- “Diego Rivera cubiste” à la Galerie des Beaux-Arts de Bordeaux du 10  Mars au 5 Juin 2011,

- “Il est une fois le Mexique”, Installation photographique et tirage d’art de Robin Lebel. Métro Parisien, Gare Saint Lazare du 1er noviembre 2010 au 28 febrero 2011,

- “Rufino Tamayo 1899-1991″. Cette exposition sera la première rétrospective parisienne de l’oeuvre de ce grand peintre mexicain depuis sa mort. Petit Palais du 29 Septembre 2011 au 15 Janvier 2012.

Dans le cadre de sa Cinquième Session Ordinaire, le Comité Intergouvernemental pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO, est réuni…

…depuis le 15 Novembre et ce jusqu’au 19, dans la ville de Nairobi, Kenya, pour examiner et élire les candidatures qui seront inscrites aux listes suivantes :

Liste de Sauvegarde urgente du Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité.

Liste Représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité.

C’est ainsi qu’hier, Mardi 16 novembre,  au côté de la Fauconnerie, du Flamenco, de l’Imprimerie Chinoise à caractères mobiles en bois et de la Danse des Ciseaux, entre autres, la France et le Mexique viennent d’inscrire chacun, trois “éléments” (traditions) à la Liste Représentative du Patrimoine Immatériel de l’Humanité de l’UNESCO, partageant en plus la prouesse d’être les premiers pays à faire figurer une gastronomie au Patrimoine de l’UNESCO.

La “Cuisine Traditionnelle Mexicaine” et le “Repas Gastronomique des Français”. 

“Pour être inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, les éléments doivent répondre à une série de critères dont celui de contribuer à faire connaître le patrimoine culturel immatériel et de favoriser la prise de conscience de son importance. Les candidats à l’inscription doivent aussi justifier des mesures de sauvegarde prises pour assurer leur viabilité.” (Source: www.unesco.org).

Les Traditions Françaises inscrites le 16 novembre 2010 à la Liste Représentative du Patrimoine Immatériel de l’Humanité de l’UNESCO :

  • “Le Repas Gastronomique des Français”
  • “Le Compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier”
  • “Le Savoir-faire de la dentelle au point d’Alençon”

Les Traditions Mexicaines inscrites le 16 novembre 2010 à la Liste Représentative du Patrimoine Immatériel de l’Humanité de l’UNESCO :

“La Cuisine Traditionnelle Mexicaine” – culture communautaire, vivante et ancestrale, le paradigme de Michoacán” dont les mérites sont son ancienneté, sa continuité historique et l’originalité de ses produits, techniques et procédures.

“La Pirekua”, chant traditionnel des P’urhépecha” (Etat du Michoacán). Chanté aussi bien par les hommes que par les femmes, on mélange de stylesa des origines africaines, européennes et américaines autochtones, avec des variations régionales identifiées dans 30 communautés P’urhépecha sur 165.

“Les Parachicos” dans la fête traditionnelle de janvier à Chiapa de Corzo”. La Grande Fête de Chiapa de Corzo ” dans l’Etat du Chiapas est une tradition de près de trois siècles à laquelle participent chaque année du 4 au 23 Janvier des milliers de danseurs “parachicos”et” Chunta”.

Découvrez la Liste du Patrimoine Immatériel 2008, 2009 et 2010

Pourquoi sauvegarder le Patrimoine Culturel Immatériel?

 

Le Tour du Film Français au Mexique (Tour de Ciné Francés en México) est un festival qui a vu le jour en 1997.

Fondé par l’Ambassade Française au Mexique, Cinepolis, Cinemas Nueva Era et les Alliances Françaises au Mexique, il présente dans 80 salles de ciné de plus 50 villes du mexique, la meilleure sélection de films français du moment en version originale sous-titrée juste avant leur sortie commerciale en salles.

La 14è Edition de ce Tour se déroulera du 10 Septembre au 2 Décembre 2010 au Mexique ainsi que dans les villes d’Amérique Centrale suivantes:  Guatemala, San Salvador, Tegucigalpa (Honduras), Managua (Nicaragua), San José (Costa Rica) et Panama.

Programme:

- 7 films français
- et avant chaque film, l’un des 15 courts métrages mexicains produits par l’IMCINE (Institut Mexicain de Cinématographie) en 2010.

Les 7 Films Français:

Rapt – de Lucas Belvaux
Thriller (125 minutes)

Acteurs: Yvan Attal, Anne Consigny, André Marcon, Françoise Fabian, Alex Descas y Michel Voïta

Le Refuge – de François Ozon
Drame  (90 minutes)

Acteurs: Isabelle Carré, Louis-Ronan Choisy, Pierre Louis-Calixte, Melvil Poupaud y Claire Vernet

Sans laisser de traces -de Grégoire Vigneron
Thriller (95 minutes)

Acteurs: Benoît Magimel, François-Xavier Demaison, Julie Gayet, Léa Seydoux y Jean-Marie Winling

Coco Chanel et Igor Stravinsky – de Jan Kounen
Drame Romantique (118 minutes)

Acteurs: Anna Mouglalis, Mads Mikkelsen, Elena Morozova, Natasha Lindinger y Grigori Manoukov

Le Hérisson – de Mona Achache
Comédie Dramatique (100 minutes)

Acteurs: Josiane Balasko, Garance Le Guillermic, Togo Igawa, Anne Brochet y Ariane Ascaride

Partir – de Catherine Corsini
Drame (85 minutes)

Acteurs:Kristin Scott Thomas, Sergi López y Yvan Attal

Les Regrets – de Cédric Kahn
Drame romantique (105 minutes)

Acteurs: Yvan Attal, Valeria Bruni Tedeschi, Arly Jover, Philippe Katerine y François Négret

Les 15 Courts-Métrages Mexicains:

Corazón de Perro (Coeur de Chien) d’Ismael Nava Alejos
El sueño de Galileo (Galileo’s Dream) de Mariana Miranda
El último canto del Pájaro Cú (The Cu bird´s last song.) d’Alonso Ruizpalacios
Si maneja de noche procure ir acompañado (If you drive at night try to have company) d’Isabel Muñoz
El sueño de Luisa (Luisa´s dream) de Carlos Dávila Yeo
Firmes (Stand) de Yordi Capó
La casa de Chayo (Chayo´s house) de Giusseppe Solano
La mina de Oro (The Gold Mine) de Jacques Bonnavent
La nuera de Don Filemón (Don Filemon´s daughter in law) de Gabriel Guzmán
Los días en verano son más largos (Summer days are longer) d’Aina Calleja
Luna (Moon) de Raúl et Rafael Cárdenas
Lupano Leyva – de Felipe Gómez
Mano a Mano - de José Humberto Barrera
Martyris – de Luis Felipe Hernández Alanís
Moyana – d’Emiliano González Alcocer

Liens Externes:

Ambassade de France au Mexique: Lancement de la XIVème Edition du Cinéma Français au Mexique

Site Officiel du Tour de Cine Francés

IMCINE – Instituto Mexicano de Cinematografía -