“2011, Année du Mexique : ce pays que vous pensiez connaître”.

Après la Saison de la Turquie en France (Juil. 2009 – Mars 2010) et l’Année croisée Russie-France 2010, c’est au tour du Mexique d’être le centre d’intérêt du public Français.

Préparez-vous à une cascade de couleurs, saveurs, émotions et chaleur humaine car les mexicains sont réputés pour leur amabilité et leur nature joviale.

Plus de 260 évènements culturels, artistiques, littéraires, académiques, touristiques et sportifs, destinés à promouvoir l’art et la culture mexicaine.

L’Année du Mexique en France est une “Saison Culturelle”

Les “Saisons Culturelles” résultent d’engagements diplomatiques bilatéraux pris au plus haut niveau et s’inscrivent dans le cadre de la politique française en faveur de la diversité culturelle.

L’organisation de ce rendez-vous culturel sans précédents est assurée par l’Institut Français (Culturesfrance) sous la tutelle du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes et du Ministère de la Culture et de la Communication et repose sur des partenariats forts établis avec de nombreux opérateurs et institutions, de même qu’avec les collectivités territoriales et les entreprises.

C’est la première fois qu’un pays hispanophone est l’invité spécial

du gouvernement français durant toute une année

*Des centaines de manifestations sur tout le territoire français

À Paris, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Lyon, Rennes, Arles, Le Mans, Metz, Brest, Nantes et Lille, entre autres.

Un avant-goût de ce qui vous attend…

(*Cette liste d’évènements n’est pas exhaustive)

– Dégustations Gastronomiques,
– Expositions Artisanales,
– Expos Touristiques,
– Défilés d’Alebrijes géants dans les rues de plusieurs villes françaises.
– Spectacle/Rituel des “Voladores de Papantla”,
– Les Trajineras de Xochimilco, barques colorées faisant partie du folklore de la Ville de Mexico, navigueront sur la Seine,
Nuit électronique au Grand Palais,

– Festival de Ciné à Rennes “Travelling Mexico & Junior” ; l’Association Clair Obscur propose un voyage à travers le cinéma mexicain d’hier et d’aujourd’hui ainsi qu’une compétition de courts métrages mexicains. Du 22 février au 1er Mars 2011.

Participation exceptionnelle du Mexique

Festival de la Photographie à Arles “Les Rencontres d’Arles Photographie” du 4 Juillet au 18 Septembre,
Salon Aéronautique du Bourget, du 20 au 26 juin 2011.
Festival de Cannes 2011,
Salon de l’Éducation et Salon du Livre de Jeunesse de Montreuil,
“Le Quai du Polar”, Festival littéraire International à Lyon du 25 au 27 mars 2011,
“Les Rencontres Littéraires de Fontevraud”, hommage à Juan Rulfo Samedi 28 et Dimanche 29 mai 2011.

Quelques Expositions

“Les Masques de Jade Maya”, masque de jade de K’inich Janaab’ Pakal et trousseaux funéraires de Pakal et d’autres dirigeants Mayas. Pinacothèque de Paris du 1er Mars au 7 août 2011. Lire l’article en Espagnol.

“Diego Rivera cubiste” à la Galerie des Beaux-Arts de Bordeaux du 10  Mars au 5 Juin 2011,

“Il est une fois le Mexique”, Installation photographique et tirage d’art de Robin Lebel. Métro Parisien, Gare Saint Lazare du 1er noviembre 2010 au 28 febrero 2011,

“Rufino Tamayo 1899-1991”. Cette exposition sera la première rétrospective parisienne de l’oeuvre de ce grand peintre mexicain depuis sa mort. Petit Palais du 29 Septembre 2011 au 15 Janvier 2012.

Le terme “Alebrijes” désigne un artisanat mexicain inventé par Pedro Linares Lopez en 1936 suite à un rêve qu’il eut alors qu’il luttait entre la vie et la mort, et durant lequel il se souvint avoir communiqué avec des êtres hors du commun.

“Dans le lit, inconscient, Pedro rêva d’un lieu étrange et très calme. Une sorte de forêt remplie d’arbres, de rochers et d’animaux. Selon ses dires, en arrivant à cet endroit il ne sentait plus aucune douleur et était heureux de pouvoir s’y promener. Mais tout à coup, les rochers, les nuages et les animaux n’étaient plus les mêmes! C’est ainsi qu’il observa, entre autres, un âne ailé, un coq avec des cornes de taureau et un chien à tête de lion. Puis, tous les animaux de sa vision crièrent à l’unisson “Alebrijes, Alebrijes, Alebrijes”.

De nos jours, les Alebrijes sont un échantillon représentatif de l’art populaire mexicain, et de l’Etat d’Oaxaca en particulier.

Ces pièces artistiques sont en général élaborées à partir de bois de copal et parfois en papier carton ou en papier mâché. Elles se caractérisent par leurs formes étranges et leurs couleurs vives qui fascinent et surprennent aussi bien les Mexicains que les touristes du monde entier.

Comme vous l’avez compris, ils sont le résultat de la fusion entre deux ou plusieurs espèces animales mais aussi de personnages issus du folklore populaire tels des diables, des dragons ou encore La Catrina et sa version masculine, El Catrín.

La Catrina est un personnage, créé par des artistes mexicains durant l’époque de la Révolution Mexicaine, qui représente un squelette de femme habillé de façon élégante. C’est une satyre de la classe bourgeoise mexicaine (Catrín signifie “Dandy” en espagnol mexicain) dont le but était de lui rappeler que peu importe le statut social de chacun, nous sommes tous égaux face à la mort. Par la suite, La Catrina est devenue le symbole officiel de la mort et l’élément décoratif obligé lors de la célébration annuelle du “Día de Muertos” ou “Jour des Morts” les 1er et 2 Novembre.

Le Village d’Arrazola et les Alebrijes:

Si vous projetez de visiter la ville d’Oaxaca, ne manquez par de faire un tour au Village d’Arrazola, situé à seulement 10 km au sud-ouest. Nombreuses familles de ce village se dédient à la fabrication d’Alebrijes en utilisant la technique de sculpture sur bois de copal, laquelle s’est transmise de génération en génération depuis l’époque du règne de la Civilisation Zapotèque.

 

 

À San Cristóbal de Las Casas (Etat du Chiapas), il existe un espace multiethnique qui mérite vraiment le détour: Le Taller Leñateros, un atelier fondé en 1975 par la poète mexicaine Ambar Past.

Ouvert au public, il est constitué par des artistes qualifiés et des artistes en formation qui enseignent et exercent les différentes professions relatives à la confection du papier fait main: encadrement, gravure sur bois et teinture con plantes. Ces artisans favorisent l’écologie en recyclant des déchets agricoles et industriels  qu’ils utilisent pour créer leurs œuvres d’art.

De nos jours, le “Taller Leñateros” subsite de la vente de” livres-objets d’art”, blocs, cahiers, cartes postales, marque-pages, affiches et t-shirt et travaux spéciaux tels que la réalisations de cartes d’invitations personnalisées (mariage, baptême, remerciements, etc.).

Parmi ses multiples objectifs figure celui d’impulser et diffuser les valeurs culturales amérindiennes et populaires telles le chant, la littérature, les arts plastiques; sauver les techniques ancestrales en voie de disparition telle l’extraction de colorants d’herbes sauvages, et générer des emplois dignes et correctement rémunérés aux femmes et hommes sans études.

Adresse:

Le Taller Leñateros se situe au numéro 54 de la rue Calle Flavio A. Paniagua, à six pâtés de maisons du Jardin Central (Plaza 31 de Marzo) de San Cristóbal de las Casas. Tel./Fax: 00 (52) (967) 678 51 74

Liens Utiles:

Voir plus de photos ainsi que la localisation de l’atelier dans la plan de la ville de San Cristóbal de las Casas.

Découvrez les autres sites d’intérêt touristiques de San Cristóbal de Las Casas.

Le Mezcal est l’une des boissons nationale alcoolisée préférée des mexicains.

D’origine 100% Mexicaine, il doit sa renommée à ses caractéristiques : arôme, saveur unique et qualité. Les états producteurs de Mezcal sont : Durango, Guerrero, Oaxaca, San Luis Potosí et Zacatecas.

Cette savoureuse boisson peut se consommer aussi bien en apéritif, qu’en digestif.

Mais savez-vous exactement ce qu’est le Mezcal?

En langue Nahuatl, «Mexcalmetl» signifie Agave ou Maguey. La majorité des personnes pensent que c’est un cactus mais en botanique l’agave est considéré comme une espèce à part et se divise en 120 genres. Le processus de fabrication du Mezcal est un véritable rituel :

Voir la Vidéo sur la Fabrication du Mezcal

  1. L’Agave doit croître sans fertilisants. Il atteint sa maturité vers l’âge de 8 ou 10 ans.
  2. Une fois mûr, on nettoie «la piña» (nom donné à sa tige centrale qui ressemble à un gros ananas) en coupant les bras de la plante.
  3. On prépare sous terre un four naturel en forme de cône, alimenté par du petit bois et recouvert par un toit en pierres de rivière pour en conserver la chaleur.
  4. Les «piñas» sont enveloppées dans un tissu avant d’être introduites  dans le four où elles vont cuire entre trois et quatre jours.
  5. Une fois cuîtes, elles sont disposées dans un moulin en pierre circulaire actionné par un âne ou un cheval de trait ; le processus de mouture commence.
  6. La pâte et le jus ainsi obtenus sont mélangés à de l’eau (5 à 10%) avant d’être introduits dans des barriques de chêne blanc ou de chêne vert jusqu’à leur fermentation (30 jours maximum).
  7. Après ce délai, le liquide obtenu est distillé plusieurs fois jusqu’à obtention de son distillat : le Mezcal.

RECONNAITRE LES DIFFERENTS MEZCAL:

Le Mezcal peut être jeune, reposé ou vieux.

Lorsqu’il est jeune il est incolore à la différence du reposé ou du vieux qui possèdent un ton jaune clair qui varie en fonction de leur temps de repos en barriques. Il y a également ceux connus sous le nom de MEZCAL 100% AGAVE, cette mention est très importante car elle garantit la pureté totale de la boisson. Par pureté totale on entend qu’ils ont été préparés à l’aide des sucres naturels du Maguey.

Leurs noms indiquent leur lieu d’origine de fabrication : MINERO, DE PECHUGA, DE GUSANO, DE ALACRÁN ou encore le très prisé TOBALÁ (préparé à partir de Maguey sylvestre jeune, très rare et difficile à cultiver). Sachez que le Mezcal n’est pas une sorte de Tequila, il serait d’ailleurs plus pertinent de dire que la Tequila est une sorte de Mezcal. La Tequila provient de l’agave «tequilana weber azul» alors que le Mezcal provient de l’«agave potatorum zuuc», «agave amailidáceas» (Tobalá) et «agave espadín».

Conseils de dégustation du Mezcal:

A) Il n’existe pas de verre à Mezcal, les connaisseurs recommandent d’utiliser une coupe à Cognac ou bien une coupe royale.
B) Après l’avoir servi, remuer lentement votre coupe de façon circulaire tout en l’inclinant pour mieux en imbiber les parois.
C) Avant de le boire, inhaler profondément, exhaler la moitié de l’air et buvez une gorgée
D) Exhaler le reste de l’air tout en découvrant l’incomparable saveur du Mezcal… et comme disent les Mexicains : SALUD ! (A la votre).

¡Salud! (à la tienne ou à la vôtre en español).

San Cristobal de Las Casas est une petite ville coloniale située au sud du Mexique dans la région des “Altos de Chiapas” (hauts-plateaux de l’Etat de Chiapas).

Elle se distingue par son importante population autochtone représentée par les Chamulas, un peuple fortement attaché à ses traditions et où les femmes, reléguées au second plan par la société patriarcale, son en fait les piliers de son activité économique.

 

Le Mexique est célèbre pour ses artisanats haut en couleurs et à San Cristobal de Las Casas, les visiteurs n’auront que l’embarras du choix. Faites un tour au “Mercado de Artesanías Santo Domingo” (Marché Artisanal); un espace ouvert constitué par des dizaines de stands tenus par les Chamulas en personne que l’on observe entrain de tisser, tricoter et coudre.

Textiles élaborés à la main:

Vous pourrez y acheter de magnifiques textiles élaborés à la main selon les techniques ancestrales des femmes Chamulas et dont les couleurs sont issues de pigments naturels d’origine végétale ou animale, des couvertures, des tapis, des hamacs, des ponchos, des gants, des bonnets, des chemises et des robes brodées appelées “huipiles”, des sacs à dos, des paniers en osier, une foule d’articles en cuir, des bijoux et même des poupées à l’effigie du Commandant Marcos.

Le rapport qualité prix y est excellent si l’on tient compte des heures de travail passées par ces artisanes que vous verrez travailler dans les rues de San Cristobal à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.