La Charrería ou sorte de rodéo mexicain, n’est pas seulement un sport.

C’est aussi un art, une fête, un spectacle, une tradition et une culture.

Cet évènement culturel est apparu à la suite de la révolution mexicaine quand le système des haciendas (grandes propriétés agricoles) a disparu et que les cavaliers ou charros ont voulu perpétrer leurs traditions. En effet, à l’époque des haciendas, lors de la période coloniale, seules les Espagnols et les criollos (Espagnols de père et mère nés au Mexique) étaient autorisés à monter à cheval. Or, rapidement, ils ont eu besoin d’aide pour s’occuper des exploitations et ont progressivement autorisé les mestizos (métisses) et même les amérindiens à en faire autant, à la condition qu’ils soient habillés de costumes de cuir et de daim, devenus aujourd’hui les costumes traditionnels des charros.

A la suite de la révolution mexicaine, en 1921, les Charros ont créé l’”Asociación Nacional de Charros” (l’association nationale des cavaliers) pour les représenter et en 1970 la fédération mexicaine de charreria fut fondée pour organiser des charrerias officielles.

Une manifestation sportive nationale

Manifestation sportive nationale, la charreria comprend dix épreuves dont une épreuve féminine. Lors de chacune des épreuves, deux équipes au moins sont en compétition. Les charros (cavaliers) sont les participants et les escaramuza (escarmouches) sont les participantes. Les épreuves se déroulent dans une arène et, contrairement au rodéo américain, elles ne sont pas limitées dans le temps mais sont jugées en fonction de leur qualité. Les gagnants ne reçoivent pas non plus d’argent mais des trophées ou des cadeaux.

Les épreuves

Les neuf épreuves masculines dans l’ordre sont :

- Le défilé des équipes : les équipes défilent dans l’arène pendant que des orchestres jouent du mariachi ou de la ranchera,  musiques traditionnelles mexicaines.

- La cala de caballo, épreuve au cours de laquelle les cavaliers doivent montrer les qualités de leur cheval (reculer sur une ligne fixe, se lever, s’asseoir, partir au galop et être stoppé net par  le lasso du cavalier etc…)

- Piales en el lienzo : Alors qu’il est à terre, le cavalier doit, à l’aide de son lasso, arrêter une jument sauvage au galop en l’attrapant par les pattes.

- Coleadero : le charro, à cheval cette fois-ci, doit faire tomber un taureau en lui tirant sur la queue et en la faisant passer entre ses pattes.

- Jineteo de toro : Proche du rodéo, cette épreuve consiste à ce que le charro monte un taureau et reste le plus longtemps possible sur son dos !

- Terna en el ruedo : A cheval encore, le charro doit attraper un taureau avec son lasso.

- Jineteo de yegua : à cette épreuve-ci, c’est un cheval que le charro doit attraper avec son lasso.

- Manganas : à pied ou à cheval, cette épreuve exige du charro qu’il maîtrise un cheval à l’aide d’un lasso.

- El paso de la muerte (passage de la mort) : Lancé à pleine vitesse sur un cheval, le charro doit passer sur un autre cheval, lui aussi au galop !

L’unique épreuve féminine :

- Escaramuza : Réparties en équipes de 8 participantes, les filles exécutent des figures acrobatiques impressionnantes sur leur cheval. C’est une belle épreuve de précision et d’adresse.

Une fête populaire

La charreria ne se limite pas seulement à l’organisation d’évènements sportifs spectaculaires. C’est aussi une grande fête populaire où les spectateurs peuvent manger et admirer les costumes traditionnels des charros, le tout en musique. La musique est bien sûr le mariachi, une formation musicale originaire de l’Etat de Jalisco où un ensemble de plusieurs musiciens habillés en costumes traditionnels et portant de larges chapeaux mexicains jouent du violon, de la trompette, de la guitare, de la vihuela (cousin du luth) et du guitarron (grosse guitare mexicaine). On entend aussi la ranchera, une variation du mariachi, dont le nom, vous l’aurez compris, indique que ce style de musique était joué dans les ranches ou les haciendas.

Musée de la Charrería:

Si ce thème vous intéresse, de passage à Mexico vous pourrez visiter le Museo de la Charrería, situé dand la zone Centro Histórico de la ville, à l’adresse suivante: Isabel la Católica 108 esq. Izazaga, Centro Histórico. Distrito Federal. México.

Nicolas Grouzinoff.

Partager:

  • RSS
  • Imprimer
  • Copie cette adresse pour la partager sur tchats, mails, reseaux sociaux

Articles Relationnés:

Travel By México, SA CV | Copyrigth ©2001 | Legal | Contactez-nous & Publicité | Gracias → Wordpress.org Top